Détroit de Gibraltar

Migration de printemps

Profitez de l’arrivée des oiseaux sur la côte du détroit. Quand ils traversent, ils perdent hauteur et quand ils atteignent la côte, ils volent bas, donc l’entrée est impressionnante. De Février à Mai, c’est le meilleur moment pour l’observation. D’abord les milans noirs, les circaètes et les aigles bottés, le vautour percnoptère,  et plus tard les cigognes noires,  les apivores, et les vautours. Un spectacle dans un environnement printanier. ­­

Migration d’automne

Un nombre élevé d’oiseaux voyagent  vers l’Afrique et se concentrent dans le détroit de Gibraltar. De juillet à octobre, vous pourrez voir de grands groupes de cigognes blanches, des milans noirs, puis des busards cendrés, des vautours percnoptères, des bondrée apivores, des circaètes Jean-le Blanc et des aigles bottés, des cigognes noires et des vautours fauves.
Les petits migrateurs sont toujours là et les guêpiers, martinets, hirondelles, pinsons, moineaux, etc. peuvent être observés dans les groupes qui se dirigent vers l’Afrique.

Migration des oiseaux marins

La connexion entre la mer Méditerranée et l’Atlantique est faite par le détroit de Gibraltar et l’île de Tarifa est le meilleur point d’observation pour observer le passage de ces oiseaux lors de leurs migrations.
Un très élevé nombre de puffin cendré et puffin de Scopoli et  presque la population entière des puffins des Baléares traversent le détroit de Gibraltar avec des pics en octobre-novembre. Beaucoup de fous de bassin, skuas, pingouin torda et macareux moine utilisent  traversent le détroit pour entrer dans la mer Méditerranée pendant l’hiver. Plusieurs espèces de goélands, mouettes et de sternes sont également abondantes de ce point d’observation.

Migration de vautour fauve

Un grand nombre de vautours fauves remplissent les cieux à la fin de l’été. Quelque milliers de juvéniles vont traverser le détroit pour passer leurs 2-3 premières années de vie en Afrique et donc éviter les courtes journées d’hiver et les rares occasions de trouver de la nourriture. Ensuite, ils reviendront pour trouver un lieu de reproduction.

Vous pouvez observer de grands groupes et peut-être avez-vous de la chance de voir une carcasse et les vautours en train de déjeuner, un spectacle un peu méchant mais impressionnant.
Entre les vautours fauves, il est possible de trouver des vautours de rüppell provenant d’Afrique, qui visitent notre continent depuis quelques  années.

 

Si vous voulez faire un tour avec nous, contatez nous ici.

L’ibis chauve

L’Ibis chauve (Geronticus eremita) est classé en danger critique d’extinction, la catégorie de menace la plus élevée selon les critères de l’UICN.

Il ne restent que quelques colonies sauvages au Maroc et quelques paires au Moyen-Orient.

L’oiseau était commun en Europe mais il a disparu il y a 400 ans. Le déclin spectaculaire de l’espèce a été causé principalement par l’utilisation de pesticides, la perte d’habitat, la persécution, les perturbations humaines et l’agriculture intensive. Les experts de l’espèce ont décidé en 1999 de lancer un projet exploratoire (Proyecto Eremita) en relâchant 30 oiseaux dans l’aire de La Janda, dans la province de Cadiz. Aujourd’hui, l’espèce se reproduit dans plusieurs falaises de la région et il est possible de l’observer en liberté.

La Janda

La Janda était le plus grand lac et l’une des zones humides les plus importantes en Espagne jusqu’à ce qu’il soit séché au milieu du XXe siècle. La région est encore une escale très importante pour de nombreux migrants en route vers l’Afrique.
De grands groupes de cigognes blanches, milans noirs et d’autres rapaces sont abondants pendant la migration d’automne et de printemps.
En hiver il est aussi un bon lieu pour observer les rapaces, une zone ouverte parfaite pour la chasse qui attire de nombreux rapaces juvéniles comme l’aigle ibérique, l’aigle de Bonelli, l’aigle royal, la buse feroce, l’élanion blanc. Il est possible de  trouver les aigles pomarin et criard, le busard pâle et au coucher du soleil, vous pouvez voir un hibou des marais volant bas en travers de la route.
Environ 3000 grues y passent l’hiver, un bon nombre d’Ibis falcinelle, de spatules blanches et d’hérons garde-boeufs envahissent le ciel à la fin de la journée.